L'Hebdo CHR

L’étiquette des vins au restauration

Vous souhaitez en connaitre davantage sur les vins et surtout connaitre la réglementation concernant les étiquettes ? Et savoir ce que signifie chaque inscription sur les étiquettes des vins ? Dans cet article, nous allons voir la législation des vins biologiques, les mentions facultatives réglementées ainsi que les mentions libres, mais aussi les distinctions et les médailles.

étiquette des vins

La législation concernant le vin biologique

A la base, la législation concernant l’agriculture biologique ne concernait pas les conditions d’élaboration des vins. En effet, seule la mention « obtenu à partir de raisins issus de l’agriculture biologique » était autorisée sur les étiquettes. Mais, depuis le 8 février 2012, l’adoption d’un texte européen sur les vins biologiques est venue cadrer cela. Ce texte restreint certaines pratiques et procédés œnologiques qui était jusque là utilisés pour la fabrication du vin traditionnel. Depuis, une teneur limite en sulfites inférieure de 30 à 50 mg par litre est obligatoire, selon le type de vin et sa teneur en sucre résiduel.

Depuis le 1er août 2012, les vins qui sont produits en respectant la nouvelle réglementation peuvent alors prétendre à la certification « vin biologique » et inscrire cette mention sur l’étiquette des vins. Aussi, le logo européen est obligation et peut être complété par le logo français.

Les mentions facultatives réglementées

Différentes mentions sont facultatives réglementées comme :

  • le Millésime et cépage : au moins 85% des raisins doivent être récoltés pendant l’année considérée du millésime pour prétendre à la mention Millésime. Aussi, les cépages (noms des variétés de vigne) peuvent être mentionnés si le produit contient au moins 85% de cette variété. Dans le cas de l’emploi de 2 cépages ou plus, le vin est issu à 100% de ces cépages. Concernant les vins AOP ou IGP, la réglementation nationale prévoit que chacun de ces cépages représente plus de 15% de l’assemblage du vin.
  • Méthodes de production : les vins qui sont commercialisés dans l’Union Européenne peuvent avoir des indications qui font référence à certaines méthode de production. Nous pouvons prendre pour exemple les vins AOP ou IGP avec les mentions « élevé en fût » ou « vieillit en fût » suivies ou pas du nom du bois de la barrique peuvent être utilisées lorsque le vin a été vieilli dans un contenant en vois et sans contact avec des copeaux de bois. Le vin doit avoir été fermenté, élevé ou vieilli dans des récipients en bois et la moitié de son volume au moins doit avoir été contenu dans ces récipients pendant au moins 6 mois pour 50% de son volume afin de poser une de ces mentions.
  • Exploitation agricole : les références à un nom d’exploitation sont exclusifs pour les vins avec IG. Aussi les 3 mentions : « château », « clos » et « cru » sont exclusifs pour les vins qui bénéficient d’une appellation d’origine. Nous retrouvons aussi 2 conditions pour l’exploitation agricole :
    • le vin doit être produit à partir de raisins uniquement récoltés dans les vignobles exploités par cette exploitation
    • la vinification doit être entièrement effectuée dans cette exploitation
Le saviez-vous ? :  Quelle assurance professionnelle pour votre restaurant ?

Les mentions facultatives non réglementées

Nous retrouvons également des mentions facultatives non réglementées qu’on appelle des mentions « libres », comme par exemple « vieilles vignes« ; « récolté à la main« . Ces mentions peuvent être posées sur l’étiquette du vin sous réserve que l’embouteilleur puisse justifier l’utilisation et de conformer aux règles de loyauté établies par le règlement (UE) n°1169/2001 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires et par le Code de la consommation.

Les distinctions et les médailles

Si des distinctions ou des médailles ont été délivrées lors d’un concours, alors elles peuvent être posées sur l’étiquette de vin produit en France. Néanmoins, cela nécessite que le concours soit « inscrit sur une liste établie par le ministre en charge de la consommation et selon des modalités précisées dans l’arrêté du 13 février 2013 ».


Autres articles qui pourraient vous intéresser :

Le guide pour ouvrir un bar

Vente et publicité pour les vins et alcools

Formation permis d’exploitation

Ouvrir un bar à vin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.