La RSE comme renfort au développement de votre restaurant

La RSE en renfort au développement et à l’ancrage de votre établissement

La Responsabilité Sociale ou Sociétale de l’Entreprise (RSE) apparaît aujourd’hui incontournable à toute stratégie d’entreprises. Simple volonté ou obligation légale, il s’agit de s’intéresser dans un premier temps à l’origine et à la compréhension de la RSE ; dans un deuxième temps à son évolution juridique et, dans un dernier temps, de dégager certains axes d’action pour les secteurs qui nous intéressent.

La RSE comme renfort au développement de votre restaurant : Origine et définition RSE

La RSE apparaît déjà au XIXème siècle et consiste en une réflexion sur les conditions des travailleurs par le biais de politiques sociales (approche éthique), ainsi que sur sa faculté à rendre plus efficace en termes de bénéfices et de réduction des coûts (approche utilitariste). Aujourd’hui, ces deux approches sont utilisées et même cumulées.

La RSE comme renfort au développement de votre restaurant : Comment comprendre la RSE ?

Ce qu’il faut saisir, c’est que la RSE est directement en lien avec le développement durable. Celui-ci repose d’ailleurs sur trois piliers interdépendants, à savoir :

  • L’environnement : il s’agit de préserver la diversité des espèces et les ressources naturelles et énergétiques.
  • Le social : il s’agit de satisfaire les besoins en santé, éducation, habitat, emploi, prévention de l’exclusion, équité.
  • L’économie : il s’agit de développer la croissance et l’efficacité économique, à travers des modes de production et de consommation durables.

Afin que le développement soit « durable », il est nécessaire d’avoir en plus, un certain équilibre entre chacun de ces trois piliers.

L’entreprise a certes des porteurs de parts, mais aussi des porteurs d’intérêts : les parties prenantes. Mettre en œuvre une politique de responsabilité sociale de l’entreprise reflète une véritable stratégie de développement durable. En effet, ce lien peut être mis en lumière par le fait que toutes les parties prenantes, en relation avec l’entreprise, peuvent être regroupées dans ces trois piliers :

  • L’Environnement regroupe : États, collectivités, associations, ONG …
  • Le social regroupe : salariés, syndicats…
  • L’économie regroupe : fournisseurs, sous-traitants (relations commerciales).

Cette définition a pour but d’exprimer que même si l’on décide d’employer le terme précis de « développement durable » dans sa démarche (pour des raisons d’image, de marketing), on fait bien de la RSE !

Il est également important de bien comprendre que le terme de « responsabilité » n’est pas relatif à la responsabilité juridique (civile ou pénale). La responsabilité dans la RSE s’entend de manière plus philosophique, c’est-à-dire être responsable de ses actions : être prudent.

Principes juridiques de la RSE

C’est en 2011 que la Commission de l’Union Européenne consacre la première définition de la RSE comme : « l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec leurs parties prenantes. » Elle reflète donc une démarche allant au-delà de la loi, qui commence dans
des pratiques volontaires et se termine dans la législation.

L’article 1833 du code civil a ainsi été modifié pour prendre en compte la démarche :
« […] La société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité. »

La norme ISO 26000, standard international, définit le périmètre de la RSE autour de sept questions centrales :

  1. La gouvernance de l’organisation
  2. Les droits de l’homme
  3. Les relations et conditions de travail
  4. L’environnement
  5. La loyauté des pratiques
  6. Les questions relatives aux consommateurs
  7. Les communautés et le développement local.

Ce standard est applicable à toute entreprise.

La RSE découlant d’une démarche volontaire et encadrée par le droit, vous oblige ainsi à respecter vos engagements. Cela signifie que vous devez vous conformer aux règles que vous édictez en la matière et que votre propre démarche, vous engage à la respecter.

Les discours de RSE peuvent avoir une portée juridique (site internet, charte éthique, rapports, documents contractuels…) et l’entreprise est donc liée par ses propres normes volontaires si elles sont suffisamment précises.

Il est par conséquent primordial de ne communiquer que sur des engagements qui pourront être réalisés et tenus ! Dans le cas contraire, cela pourrait vous être reproché.

Applications concrètes

Au-delà des bénéfices certains de la démarche du côté de votre organisation, ce sont les clients qui en redemandent. Soucieuse de ce qui se présente dans son assiette, la clientèle apparaît très sensible aux politiques menées dans les établissements qu’elle fréquente.

La question ne consiste plus à savoir si l’on doit faire de la RSE, mais comment utiliser la RSE comme renfort au développement de votre restaurant ?

Voici une liste non-exhaustive des actions pouvant être mises en œuvre dans vos établissements afin de réduire votre impact :

  • S’approvisionner en local et de saison (bio, élevage raisonné, moins de pesticides et moins de transports)
  • Améliorer ses modes de production en cuisine (consommation des ressources eau/électricité)
  • Gérer ses stocks et invendus pour éviter le gaspillage alimentaire (gestion des déchets, recyclage, offrir les invendus à des associations, œuvres sociales…)
  • Créer des valeurs, des normes et des causes propres à votre établissement
  • Ouvrir sa cuisine à la diversité
  • Offrir de bonnes conditions de travail (égalité homme-femme, stage de qualité, congés etc.)
  • Partager son savoir (former, apprendre, mettre à disposition par le biais du don ou du prêt pour l’apprentissage).

En conclusion, la démarche RSE possède de multiples avantages à ne pas négliger :

  • Réduire les coûts notamment grâce aux traitements des ressources et des déchets (performance économique et financière)
  • Se différencier des concurrents grâce à une image valorisante qui sera un véritable avantage concurrentiel
  • Gagner des parts de marché 
  • Innover davantage en repensant la façon dont vous concevez et produisez
  • Améliorer l’image de marque du fait de la confiance générée (meilleure réputation)
  • Fidéliser les clients. 

Rédiger par Célia Rémy – Formatrice Permis d’exploitation chez OAFormation

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.