En quoi consiste la loi anti-gaspillage pour un restaurant concrètement ?

Tout d’abord, entre 15 et 20 tonnes de denrées et de produits non alimentaires sont jetés chaque année pour un restaurant qui sert 500 couverts par jour (source: Ademe) 

Ainsi, la nouvelle loi anti-gaspillage tend à éviter tout gaspillage et lutte contre le gaspillage alimentaire. On peut dire que nous partons à la chasse au gaspillage. En effet, l’Etat a pris plusieurs mesures, dont certaines sont déjà entrées en vigueur, mais d’autres doivent encore être appliquées pour diminuer le gaspillage de façon drastique. 

L’objectif de la loi anti-gaspillage alimentaire 

L’objectif principal est de passer de l’économie linéaire actuelle à une économie circulaire. Alors, que notre économie linéaire consiste en produire, consommer et jeter, l’économie circulaire quant à elle, a pour objectif de réutiliser tout ce que nous pouvons réutiliser. Mais aussi, de ne plus produire, ni acheter, ni consommer les produits à usage unique. Pour parvenir à cette économie circulaire, 5 axes sont privilégiés : 

  • sortir du plastique jetable ;
  • mieux informer les consommateurs ;
  • lutter contre le gaspillage et pour le réemploi solidaire ;
  • agir contre l’obsolescence programmée ;
  • mieux produire.

Bien évidemment tous ces points ne concernent pas le secteur de la restauration. C’est pourquoi dans cet article, nous allons nous intéresser seulement aux mesures applicables de la loi anti-gaspillage pour restaurants, épiceries, boulangeries etc. 

La loi anti-gaspillage préconise la suppression du plastique pour réduire la source des déchets dans le but d’un impact environnemental positif

Comme vous le savez déjà sûrement, le plastique contamine toute la chaîne alimentaire. Et plus particulièrement, les animaux marins, mais aussi la consommation humaine. En effet, ils sont contaminés par le plastique car une grande partie du plastique non recyclé est rejetée dans les océans. Ensuite, nous mangeons ces poissons (qui ont mangé auparavant le plastique). De ce fait, des particules de plastique se retrouvent dans notre organisme. Ce qui est très nocif aussi pour nous. 

Depuis janvier 2021, plusieurs réglementations sont entrées en vigueur, notamment : 

  • L’interdiction de distribuer des bouteilles en plastique dans les établissements recevant du public (ERP) 
  • Interdiction d’utiliser des boîtes en polystyrène expansé pour l’envoie de produits alimentaires réfrigérés 
  • L’interdiction de produire et d’importer des sacs plastiques à usage unique 

En janvier 2022, d’autres mesures vont entrer en vigueur. Nous retrouvons donc : 

  • L’obligation de mettre à disposition une fontaine à eau dans les ERP 
  • Si vous produisez du thé en sachet, vous serez dans l’obligation d’utiliser un sachet biodégradable 
  • Si vous offrez des cadeaux en plastique dans les menus enfants, cela ne sera plus possible 
  • Aussi, pour les livraisons et les ventes à emporter “les gobelets, les couverts, les assiettes et les récipients devront être réutilisables et faire l’objet d’une collecte.”

Dès janvier 2023, la restauration rapide ne pourra plus utiliser de vaisselle jetable lors des repas pris sur place. Vous serez donc dans l’obligation d’utiliser de la vaisselle réutilisable dans le même but de réduction de déchets

Loi anti-gaspi pour un restaurant : Informer les clients pour sensibiliser au zéro-déchet et lutter contre le gaspillage alimentaire 

Depuis janvier 2021, les clients peuvent venir avec leur contenant dans les commerces de vente de détails. Bien évidemment, c’est est également possible dans les restaurants. N’hésitez pas à le communiquer à vos clients au travers de vos réseaux sociaux, site internet ou encore en face à face. Assurément, le client est lui-même responsable de l’hygiène de son contenant. Cependant, si ce dernier vous semble sale et/ou inadapté vous pourrez tout à fait refuser de le servir tout en lui expliquant les raisons. 

Pour les vendeurs de boissons à emporter, les clients peuvent également apporter leur propre contenant. Néanmoins, la boisson sera vendue moins chère.

Aussi, lorsqu’un client vient manger dans votre restaurant, n’hésitez pas à lui rappeler que le doggy bag est possible et même conseillé pour éviter le gâchis. En effet, malgré la généralisation de cette pratique, beaucoup d’entre nous n’osons pas demander de doggy bag. Le fait d’en informer le client, facilitera sa demande.

Lutter contre le gaspillage et faire une utilisation optimale des produits

Vers une réduction de 50% de gaspillage alimentaire par rapport à 2015

D’ici 2025 les secteurs de la distribution alimentaire et la restauration collective auront pour objectif impérieux de réduire le gaspillage alimentaire de 50% par rapport au niveau de 2015. Ceci concerne notamment les cantines scolaires, les cantines d’entreprises ou encore les supermarchés. La loi anti-gaspillage pour un restaurant s’étend jusqu’en 2030. C’est-à-dire que la restauration commerciale a jusqu’à l’année 2030, pour réduire le gaspillage alimentaire de 50%.

Favoriser les dons alimentaires pour supprimer le gaspillage

Pour avoir des résultats positifs et significatifs, les dons alimentaires aux associations ou aux banques alimentaires vont être obligatoires pour les aliments qui seraient à jeter. Cela concerne, les grossistes notamment.

Autrement dit, cela interdit de jeter tout aliment pouvant être encore consommé sans risque pour la santé. Néanmoins, il est tout à fait possible pour les restaurateurs, les boulangers d’offrir les restes à des associations, ou encore de faire appel à des entreprises tierces comme la start-up TooGoodToGo pour vendre les invendus à travers de paniers repas à moindre prix au lieu de les jeter à la poubelle

Il est également tout à fait possible de donner ses légumes moches, ou ses fruits invendus, mais aussi les épluchures à des start-ups ou des entreprises qui vont les réutiliser pour fabriquer d’autres produits, comme des cosmétiques par exemple. Ce qui a pour conséquence une valorisation des déchets. 

Concernant les sanctions, elles seront plus sévères selon la taille du commerce.

Des dates de péremption qui se rallongent

Les mesures de la loi anti-gaspillage pour un restaurant, une épicerie  s’étendent également aux dates de péremption. En effet, les consommateurs pourront consommer des produits malgré la date dépassée. Attention, ça ne concerne que les produits alimentaires avec une date de limite d’utilisation optimale (DLUO). Consommer un produit avec une DLUO, n’est pas dangereux pour la santé, contrairement à la Dlc (date limite de consommation). Néanmoins, vous devrez poser une mention sur le produit pour en informer le consommateur.

En quelques mots, la loi vise au zéro gâchis en limitant les déchets alimentaires tout en favorisant notamment, le don alimentaire pour en finir avec les tonnes de nourriture jetées. La non utilisation de plastique est aussi visée.

Vous souhaitez anticiper votre mise en conformité liée à la loi anti-gaspillage dans votre restaurant ? Oaformation propose une formation anti-gaspillage pour vous accompagner dans ces nouvelles démarches, ainsi que vous apporter tous vos droits et obligations concernant cette nouvelle loi.

Autre article qui pourrait vous intéresser :

Sources :

https://www.ecologie.gouv.fr/loi-anti-gaspillage-economie-circulaire-1#scroll-nav__5

https://www.ouest-france.fr/environnement/ecologie/pourquoi-le-plastique-t-il-un-impact-tres-negatif-sur-l-environnement-6280346

2 réflexions au sujet de “En quoi consiste la loi anti-gaspillage pour un restaurant concrètement ?”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.